Révolution industrielle

MuséeMédiation culturelleL’imprimerieRévolution industrielle

Il faut attendre les inventions techniques de l’ère industrielle (première moitié du XIXe siècle), pour que change radicalement la production du livre : presse métallique (mise au point par Didot en 1783), système de pression (en 1807) et non plus presse à bras, fabrication du papier en bobines et non plus feuille à feuille, encrage par rouleaux (1819), impression par un système plan contre cylindre (1812) et non plus plan contre plan,  rotatives, la conquête majeure du XIXe siècle, composées de deux cylindres, machine à retiration (1847). A la polyvalence des typographes dans l’atelier traditionnel succède la spécialisation des tâches de la presse mécanique.

En 1846, fut construite à Philadelphie la première presse moderne : elle tirait 95 000 exemplaires à l’heure, contre les 300 exemplaires quotidiens de la presse à bras encore en vigueur trois quarts de siècle plus tôt ! La course de vitesse commencée par la rotative est relancée par l’invention de la Linotype, par Mergenthaler en 1887, qui remplace la composition lettre à lettre en fondant désormais des lignes entières (soit de 6 à 9 000 signes à l’heure au lieu de mille à 1 500). La photocomposition (procédé de composition sur film photographique) crée un bouleversement du même ordre au milieu du XXe siècle.

Désormais, le livre n’est plus qu’une modeste fraction de tout ce qui s’imprime (journaux, magazines, imprimés commerciaux). Mais c’est l’arrivée du multimedia, avec l’électronique, et les nouvelles conditions de maîtrise de l’espace et du temps propres à la « société d’information » (fin XXe siècle), et à la mondialisation, qui introduisent une mutation radicale dans la production, la diffusion et la réception de l’écrit, désormais dégagé des contraintes du livre : nouvelles formes de consultation sur CD-Rom (recherche de type feuilletage et création de liens, ou « hypertexte », entre les entrées), transmission à distance et accès à des réseaux toujours plus larges de banques de données, possibilités d’interaction et d’intervention directe sur les textes.

Livres de peintres

Edition originale de Madame Bovary de Gustave Flaubert, Paris, Michel Lévy, 1857

Edition originale de Madame Bovary de Gustave Flaubert, Paris, Michel Lévy, 1857