Inventions chinoises

MuséeMédiation culturelleL’imprimerieInventions chinoises

Au IIe siècle de notre ère, les Chinois inventèrent le papier, en traitant la fibre de lin pour obtenir la pâte à papier.

Le secret passa aux Mongols vainqueurs au VIIIe siècle, puis aux Perses de Samarcande qui l’apprirent aux commerçants arabes, lesquels introduisirent ce matériau en Espagne et en Sicile dès le XIIe siècle.

D’aspect cotonneux, plus mince que le parchemin, sans tenue et se déchirant facilement, il va d’abord jouer le rôle d’un « ersatz ». Dans les chancelleries d’Etat on n’hésite pas à utiliser cette nouvelle matière mais l’apparence fragile va inciter certains souverains à en proscrire l’emploi pour la rédaction des chartes. En 1231, Fréderic II, roi de Sicile et empereur germanique, par exemple,  interdit l’utilisation du papier dans la rédaction des actes publics. Pourtant des centres de fabrication se constituent et se multiplient en Italie et dans toute l’Europe occidentale. L’extension de la culture du chanvre et du lin dans la dernière partie du Moyen Age, rend la matière première, à savoir le vieux chiffon, moins coûteuse, ce qui favorise les affaires des papetiers et permet petit à petit, le remplacement du parchemin par le papier.

Dès le XIVe  siècle les marchands sont nombreux autour de Fabriano (Italie). Ils vont multiplier leurs moulins d’abord en Italie et, vers la fin du XIVe  siècle, en France, en Espagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Autriche et en Allemagne. En Suisse aussi, des moulins fonctionnent. Au début du XVe siècle, le papier a gagné la partie.

Sans l’arrivée en Europe d’un tel support, moins coûteux et plus souple que le parchemin, condition indispensable pour la diffusion, l’imprimerie n’aurait pas connu un tel essor.

Buddhanama Sutra, Rouleau. Manuscrit chinois sur papier. Dunhuang. 920

Buddhanama Sutra, rouleau, manuscrit chinois sur papier ; Dunhuang (920)

Les Chinois ont été aussi les premiers à utiliser la xylographie, technique de la gravure sur bois, qui n’est pas sans lien avec la découverte de Gutenberg. Ils connaissaient aussi depuis le XIe siècle les caractères mobiles et les chercheurs leur attribuent la paternité du premier livre imprimé en caractères métalliques mobiles, paru en 1390. L’Europe en eut-elle connaissance ? et comment ?

***

Xylographie