Incunables

Les impressions réalisées de 1450 à 1500 sont appelées incunables (du latin incunabulum, « berceau »). Venise, avec ses 4 000 éditions publiées jusqu’en 1500, fut l’un des principaux centres typographiques européens.

Après 1520-1525, le livre tend à s’affranchir de sa présentation médiévale dans les incunables : aération de la page, hiérarchisation des textes (grâce à des caractères différents), ponctuation pour la lecture, nouveaux caractères à valeur phonétiques (accents toniques, cédilles, trémas, apostrophes), nouvelle structure du livre avec page de titre (de plus en plus décorée et portant la marque du libraire), pièces liminaires, titre courant en haut de chaque page, pagination en chiffres arabes, table des matières).

De la Renaissance et de la Réforme jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, l’imprimerie fait coexister l’érudition, la traduction d’œuvres anciennes, la composition d’ouvrages nouveaux et la création de caractères. Les Estienne en France, puis réfugiés à Genève, Plantin à Anvers  et les Elzévir dans la Hollande protestante (à Leyde) en sont l’illustration.

***

Augustinus : De civitate Dei, Subiaco, Konrad Sweynheym & Arnold Pannartzt, 1467

Augustinus : De civitate Dei, Subiaco, Konrad Sweynheym & Arnold Pannartzt, 1467

Traduction du colophon : « Ici finit le 22e livre de la Cité de Dieu contre les païens d’Aurelius Augustin remarquable docteur et évêque d’Hippone. L’année 1467 depuis la naissance du Seigneur. Sous le pontificat du Pape Paul second, la troisième année de son pontificat, troisième année du règne de l’empereur des romains, le 12e jour du mois de juin. »

***

Augustinus : De civitate Dei,  le 12 juin 1467

Augustinus : De civitate Dei, le 12 juin 1467

Les plus anciens manuscrits qui ont transmis les œuvres de l’Antiquité romaine étaient écrits en minuscules carolines. Les Humanistes qui les redécouvrirent au XVIe crurent à leur ancienneté et leur donnèrent le nom de caractères romains. Dès la seconde moitié du XVe siècle, le type romain fut gravé dans l’imprimerie du couvent de Subiaco, près de Rome, par des élèves de Schöffer, compagnon de Gutenberg.

***

Nouveaux caractères

Bible polyglotte, Anvers, Plantin,1569-1572, écrite sous la direction d'Arias Montanus

Bible polyglotte, Anvers, Plantin,1569-1572, écrite sous la direction d'Arias Montanus