L’imprimerie

MuséeMédiation culturelleL’imprimerie

La découverte de l’imprimerie est due à Johanness Gensfleisch, dit Gutenberg, qui fut le premier à Mayence entre 1448 et 1454 à avoir mécanisé l’impression. A partir de 1462, la machine à imprimer mise au point par Gutenberg avec l’aide de Johann Fust et Peter Schoeffer connut une diffusion rapide de Venise à Anvers, de Lyon à Nuremberg, de Paris à Prague.

La portée révolutionnaire de cette découverte ne s’est mesurée qu’avec le recul du temps. Elle n’a pas, en effet, provoqué de rupture dans la forme du livre. L’imprimeur cherchait à réaliser des éditions aussi luxueuses que les ouvrages calligraphiés. De larges emplacements étaient laissés sur les pages pour la main de l’enlumineur. Dans la Bible à 42 lignes, Gutenberg a choisi un caractère appelé gothique imitant l’écriture des grands manuscrits liturgiques pratiquée par les copistes de Rhénanie. Le rubricateur devait encore dessiner et peindre les lettrines en attente.

Dans le livre imprimé comme dans le livre manuscrit, les volumes se composent de cahiers, formés de feuilles pliées (le nombre de pliages déterminant le format, in-folio, in-quarto, in-octavo), reliées ensemble, avec la même mise en page.

Inventions chinoises
Xylographie
Typographie
Incunables
Nouveaux caractères
Texte et image
Révolution industrielle
Livres de peintres








Bible à 42 lignes, Gutenberg, Mayence 1452-1454)

Bible à 42 lignes, Gutenberg, Mayence (1452-1454)