Caractères pictographiques

MuséeMédiation culturelleL’écriture et le livreCaractères pictographiques

« L’histoire commence à Sumer ». L’invention de l’écriture dite cunéiforme, c’est-à-dire « en forme de clous et de coins » la plus ancienne connue, peut être attribuée aux Sumériens et remonte aux derniers siècles du quatrième millénaire. Les premières tablettes provenant du site sumérien d’Uruk ne comportent que les éléments essentiels à la compréhension du message à conserver.

La collection Bodmer possède plusieurs exemples de tablettes en argile pictographique précunéiforme. Ce sont des documents de caractère économique. Sur la tablette représentée dans le texte et que l’on peut dater dans les années 3100-2850 av. J.-C., les inscriptions sont tracées par un comptable et concernent la distribution de céréales, notamment de malt.

La nécessité pour les scribes de tracer rapidement les pictogrammes les conduisit bientôt à les schématiser par des traits en forme de clou et la graphie devint « cunéiforme ».

A l’autre bout du monde, à la même époque, était inventée l’écriture chinoise. Comme chez les Sumériens, les Egyptiens, les Hittites ou les Crétois, les premiers signes de l’écriture ont été des dessins, des pictogrammes.

La société Naxi, matrilinéaire et matriarcale, avait inventé au VIIIe siècle une écriture picturale, unique au monde, qui comprend quelques 1400 pictogrammes et fournit des indications précieuses pour l’étude des origines de l’écriture.

>  Ecritures égyptiennes

Tablette en argile, sumérien ancien, Uruk III / Règne de Gemdet-Nasr, env. 3100-2850 av. J.-C.

Tablette en argile, sumérien ancien, Règne de Gemdet-Nasr, env. 3100-2850 av. J.-C.

Ecriture dongba, manuscrit  Moso, Chine, XIXe ap. J.-C.

Ecriture dongba, manuscrit Moso, Chine, XIXe