Science antique, sciences modernes

MuséeExposition permanenteScience antique, sciences modernes

Le chapitre des sciences constituait un domaine important de la collection de Martin Bodmer. Sept splendides tapisseries de 1547-49, réparties le long du mur, provenant du château du comte palatin Ottheinrich, qui fonda la Bibliothèque palatine de Heidelberg et réalisées sur le modèle de gravures de Pencz, un élève de Dürer, traduisent l’influence des planètes sur les activités humaines, selon la conception astrologique du monde.

Les vitrines qui alternent avec elles évoquent au contraire les progrès des sciences modernes :

– Le temps des voyages et des grandes découvertes des XVe et XVIe siècles, le nouveau monde à l’Ouest (Christophe Colomb), les terres polaires au Nord (Théodore de Bry), le tour de l’Afrique par le Sud (selon le poème de Camõens), l’Inde et l’Asie à l’Est (Breidenbach)

– Le passage du monde clos à l’univers infini, Copernic (1543), Giordano Bruno (1591), Tycho Brahé (1602), Kepler (1621), Galilée (1632), Hevelius (carte de la lune, 1647)

– La mathématisation de la physique, de l’ouvrage unique d’un Newton (1687) annoté par Leibniz (mais il faudrait ajouter les mathématiciens contemporains, Pascal, Bernouilli, Huygens, Euler, tous présents dans la collection), à la théorie de la relativité générale d’Einstein (1916)

– Le manuscrit autographe du mémoire de Marie Curie (1904) et la découverte de la radioactivité, œuvre pionnière en physique nucléaire.

La médecine a fait l’objet en 2010-2011 d’une grande exposition où ont figuré plus de 80 pièces de la Collection Martin Bodmer. On retient ici le pas inaugural d’Hippocrate, avec un manuscrit latin de la Diététique, copié à l’abbaye de Fulda au XIe siècle, et la somme du savoir de la médecine ancienne consignée dans le Canon d’Avicenne, traduit par Gérard de Crémone et imprimé dans l’incunable de 1473.

Les grandes ruptures du XVIe sont illustrées par l’édition originale en 1543 de l’anatomie d’André Vésale, le médecin de Charles-Quint, et par la chirurgie d’Ambroise Paré (Dix Livres de la chirurgie, 1564), sans oublier la chimie médicale de Paracelse. Remarquable encore le manuscrit autographe de Louis Pasteur (1861), dont les expériences ont marqué un tournant en chimie et en biologie.

D’autres sections des sciences naturelles ont déjà été abordées dans la permanente, comme la botanique, la zoologie, la minéralogie : Megenberg (1475), Ercker (1574), Gesner (1551-1587), Rösel (1758), Linné (1735).

***

 

Pour aller plus loin :

Les origines de la civilisation  |  Hellas et Roma  |  La Bible et la Chrétienté
Moyen Age et Renaissance  |  Traditions orientales  |  Siècles classiques
Goethe, le siècle des Lumières  |  Sciences antiques et modernes
De l’Europe romantique  |  Aux temps modernes