Moyen Age et Renaissance

MuséeExposition permanenteMoyen Age et Renaissance

Nous avions exposé les fondements de la conception médiévale du monde avec des manuscrits de Macrobe et de Boèce, ainsi que de Guillaume de Conches, un des maîtres de l’Ecole de Chartres.

Les grandes œuvres littéraires du Moyen Age sont représentées entre autres par des manuscrits français du cycle du Lancelot-Graal (Codex Bodmer 147, fin XIIIe contenant l’histoire du Graal et Merlin, CB 105, du XVe avec le grand roman de Lancelot) et du Roman de la Rose, et par deux manuscrits fameux en moyen haut-allemand, le Codex Kalocsa qui contient, avec des œuvres morales du « Stricker », des parties du Reinhart Fuchs de l’alsacien Henri l’Hypocrite, et le Codex Maihingen du Niebelungenlied.

Signalons egalement les manuscrits du XIVe de l’Eneide de Heinrich von Veldecke et du Gregorius de Hartmann von Aue.

Dante était cher au cœur de Martin Bodmer, c’était le troisième pilier de sa bibliothèque : portrait de Botticelli, manuscrits du XIVe, parmi les plus anciens de la Commedia (codices Guarneri, Severoli, Ricasoli), édition princeps de Foligno, en 1472, incunable de Florence en 1481, avec les commentaires de Landino et deux gravures sur bois sur des dessins de Botticelli, Le Terze Rime, Venise, Alde Manuce, 1502, la première édition aldine des œuvres de Dante.

Toute une vitrine fait la part belle à la Renaissance italienne du Quattrocento, en Toscane avec la commune d’Arezzo, où sont nés Guido le Moine, Pétrarque, Masaccio, Piero della Francesca, Michel-Ange, Vasari, Pierre l’Arétin. Le manuscrit italien de 1502 du Canzoniere témoigne d’un art souverain de la copie et de l’enluminure.

L’art de la nouvelle et la littérature morale sont illustrés par un manuscrit français de 1470 de Boccace, Des Cas des nobles hommes et femmes, et un autre, anglais, des années 1430, dans sa reliure d’origine, des Canterbury Tales de Chaucer.

La splendeur de l’enluminure se manifeste à la cour de Bourgogne vers 1460 avec l’Epître d’Othéa de Christine de Pizan et à la cour du roi René en 1470 avec Le Mortifiement de Vaine Plaisance, illustré par Jean Colombe. La fin du Moyen Age se complète avec les Danses macabres, les Repues franches et François Villon (la première édition en lettres rondes de 1532, juste avant les révisions de Marot).

La Renaissance française avec la première édition collective en 1560 de Ronsard, et l’exemplaire des Villeroy pour celle de 1567, l’humanisme avec l’Eloge de la folie d’Erasme en 1511, l’Utopie de son ami Thomas More en 1516, le Quart Livre de Rabelais en 1552, les Essais de Montaigne de 1580 et de 1588, la Réforme et les guerres de religion avec le placard des Thèses de Luther en 1517 et l’Edit de Nantes en 1599 viennent clore cette section.

***

 

Pour aller plus loin :

Les origines de la civilisation  |  Hellas et Roma  |  La Bible et la Chrétienté
Moyen Age et Renaissance  |  Traditions orientales  |  Siècles classiques
Goethe, le siècle des Lumières  |  Sciences antiques et modernes
De l’Europe romantique  |  Aux temps modernes