Les Sciences

BibliothèqueLes FleuronsLes Sciences

Du monde clos à l’univers infini, du système de Ptolémée et des représentations astrologiques jusqu’aux tournants majeurs de Copernic, Galilée, Tycho-Brahé, Kepler, les sciences tiennent une place de choix dans la vision d’ensemble de la collection, mais tout autant les découvertes des grands voyages et celles du corps humain dans la médecine, d’Avicenne à Vésale, Zoologie, Botanique, Minéralogie méritent toutes des mentions.

***

Fleuron des Sciences : Isaac Newton (1643-1727)

Philosophiæ naturalis principia mathematica – Londres, 1687.
Édition originale annotée par
G. W. Leibniz (1646-1716)

L’édition originale des Principia vit le jour à Londres en 1687. Elle fut tirée à quelque quatre cents exemplaires sous l’égide de la Royal Society, aux dépens du disciple de Newton, Edmond Halley. L’œuvre maîtresse de Newton dévoile une vision radicalement nouvelle du cosmos. Elle inaugure une science moderne et rationnelle en formulant une loi unique à même d’expliquer aussi bien le mouvement d’une pomme tombant par terre que celui des planètes autour du soleil, ou que le phénomène des marées. Au surplus, son auteur a réussi le coup d’éclat de transformer, dans la loi de l’attraction universelle, la mécanique céleste en une branche des mathématiques. L’exemplaire conservé à la Fondation Martin Bodmer a appartenu au géant Leibniz, qui l’a annoté dans ses marges. Pour l’anecdote, on sait que celui-ci lisait au lit avant de s’endormir – tout en fumant la pipe. Les rousseurs prononcées affectant particulièrement les pages annotées ne sont ainsi pas dues à la qualité du papier : ce sont des trous de brandon.

Cliquez sur l’image pour découvrir les détails de l’œuvre.



Isaac Newton

Isaac Newton, Philosophiæ naturalis principia mathematica, Londres, 1687.

Dialogo di Galileo

Les sciences sont l’occasion de découvrir à la Fondation de nombreux autres Fleurons…