22/03 : Tellement de langues…

22/03 : Tellement de langues…

Jeudi 22 Mars 2018 : Conférence

Tellement de langues pour un seul cerveau 

A 19h, en Salle historique, par Kilian Seeber (UNIGE – FTI)

***

L’interprétation simultanée est une tâche qui demeure enveloppée de mystère : depuis son invention, il y a près d’un siècle, elle semble n’avoir rien perdu de sa capacité à étonner. Les non-initiés sont régulièrement émerveillés par la capacité des interprètes simultanés à transposer presque instantanément, mais en apparence sans effort, ce qui est dit dans une langue dans une autre. Les chercheurs qui étudient le langage et le cerveau sont, eux aussi, impressionnés par les processus cognitifs qui sous-tendent cette tâche. Ils estiment que cette dernière constitue l’une des compétences linguistiques les plus complexes et qu’elle requiert un contrôle prodigieux du langage.

Et en dépit du fait que les organisations nationales, internationales et supranationales, y compris celles qui sont implantées dans notre belle ville de Genève, dépendent chaque jour des services de centaines d’interprètes professionnels, l’interprétation simultanée est toujours entourée d’idées fausses, de croyances populaires et de mythes. Je m’efforcerai d’apporter un éclairage sur un certain nombre de mystères, parmi lesquels l’importance du bilinguisme, le rôle de la mémoire, la pertinence de facteurs spécifiques aux langues et l’effet des signaux visuels dans le travail de l’interprète simultané.

kilianseeber

 

 

Simultaneous interpreting is a task still shrouded in mystery that since its inception almost a century ago appears to have lost little of its original potential to astonish. The uninitiated are regularly amazed by simultaneous interpreters’ ability to almost instantaneously, yet seemingly effortlessly, transfer what is said from one language into another. Researchers studying language and the brain are similarly impressed by the cognitive processes underlying the task and consider it one of the most difficult linguistic skills requiring extraordinary language control.

And despite the fact that national, international and supranational organizations, including those in our beautiful city of Geneva, rely on the services of hundreds of professional interpreters every day, simultaneous interpreting is still the object of misconceptions and is surrounded by popular views and myths. The importance of bilingualism, the role of memory, the relevance of language-specific factors and the impact of visual input for the work of the simultaneous interpreter are only some of the mysteries I will attempt to shed more light on.