Les mots et les monnaies, de la Grèce ancienne à Byzance

Les mots et les monnaies, de la Grèce ancienne à Byzance

Les pièces de monnaie en cuivre sont humbles ; elles ne payèrent ni le tribut des soumis ni n’affichèrent le triomphe des vainqueurs. Elles passèrent d’une main à l’autre, dans l’échange des tâches et des biens de tous les jours. Pourtant, elles émeuvent et fascinent aujourd’hui encore par la beauté qui émane de leurs traits stylisés.

Les hommes ont représenté sur ces pièces leurs dieux et leurs maîtres, les planètes et les cités, les héros et les légendes. En faisant dialoguer monnaies de cuivre et textes de la littérature occidentale, l’exposition présentée à la Fondation Martin Bodmer en co-réalisation avec le musée Benaki de Athènes laisse entendre les questionnements fondamentaux inscrits silencieusement sur ces modestes objets : affirmation de son identité et confrontation à l’altérité, lien avec le sacré et la foi, questionnement de ses frontières et de sa mortalité, inscription dans la mémoire des hommes, transmission de sa culture et de ses valeurs…

Invitation au voyage dans l’espace et dans le temps, les monnaies et les manuscrits exposés esquissent les étapes de près de vingt siècles d’histoire, de la Grèce « inventant » la démocratie à la gloire puis au déclin de Byzance. Reflets et mémoire d’une aventure qui reste la nôtre.

]